Le recyclage des téléphones portables

 

Publié le 15/08/2012 par la rédaction

Le recyclage des téléphones portables

Étant devenus un objet d’utilisation courante, les téléphones portables, qui se sont banalisés durant ces dix dernières années, se renouvellent rapidement. En effet, entre les offres clients, les points fidélité, ou encore les tarifs attractifs pour acquérir les derniers modèles en vogue, la durée de vie d’un terminal mobile diminue de plus en plus. Alors que qu’un utilisateur change de portable en moyenne tous les 18 mois, très peu d’entre eux optent pour le recyclage de leur ancien mobile. Selon les études se penchant sur cette question, il semblerait que ce soit moins de 5 % des Français qui décident de faire recycler leur ancien téléphone, tandis que la grande majorité, soit 44 %, les laisse dormir dans un tiroir. Quand ces derniers ne sont pas directement jetés, ils sont donnés ou revendus. 

Peu de personnes optent pour le recyclage de leur ancien téléphone, car ils pensent, dans la majorité des cas, que ce processus est payant. Contrairement aux idées reçues, un vieux mobile traînant au fond d’un tiroir peut rapporter de l’argent à son propriétaire. En effet, il existe une multitude de sociétés qui se spécialise dans le rachat téléphones portable usagé. La revente d’un téléphone portable usagé peut rapporter jusqu’à 200 euros à son propriétaire, mais plus encore, financer des projets humanitaires et participer de manière concrète au développement durable. Si vous vous demandez encore ce que vous devez faire avec votre téléphone portable usagé ou comment le faire recycler, nous vous proposons un petit tour d’horizon pour répondre à ces questions de manière exhaustive.

L’explosion des nouveaux modèles, facteur important dans l’acquisition d’un nouveau téléphone mobile

Il y a un peu plus d’une quinzaine d’années de cela, les téléphones mobiles se sont diffusés de manière extrêmement rapide, supplantant, dans certains pays, l’utilisation du téléphone fixe, notamment de par sa facilité d’utilisation et sa flexibilité.  Alors qu’ils étaient initialement réservés à une élite sociale pour une utilisation exclusivement professionnelle, les téléphones mobiles se sont peu à peu démocratisés au fil des années pour maintenant s’inscrire comme le moyen de communication le plus convoité au monde.

Au tout début, les « mobiles » tels que nous les connaissons aujourd'hui ne pesaient pas moins de 400 grammes et les batteries se déchargeaient rapidement. Mais depuis, les modèles n’ont cessé de s’améliorer, une amélioration (miniaturisation des modèles, l’ajout de nouvelles technologies) en vue d’attirer toujours plus de clients possibles. Désormais, les téléphones portables ne s’inscrivent plus comme un simple moyen de communication : allant de l’agenda électronique, en passant par l’appareil photo, le navigateur Internet, pour finir sa course en tant que baladeur, ou encore console de jeux, les téléphones mobiles semblent désormais remplir toutes les fonctionnalités possibles.

L’innovation technologique, l’accroissement de la qualité des services, ou encore les offres tarifaires de plus en plus alléchantes sont tant de raisons qu’ont les utilisateurs pour changer de modèle rapidement, comme en témoigne le nombre d’abonnés aux services interactifs de la téléphonie mobile. Cependant, le remplacement des téléphones mobiles soulève une question cruciale : que deviennent les terminaux abandonnés ? Comme le soulignent plusieurs études s’étant penchées sur ce sujet, la majorité d’entre eux sont tout simplement oubliés au fond d’un tiroir, attendant le moment fatidique où ils seront disposés de manière la moins respectueuse possible au fond d’une poubelle.

Le nombre de téléphones mobiles se trouvant au fond d’un tiroir sur le territoire français est estimé à 70 millions d’unités, un chiffre qui croît à la hauteur de 20 millions par an, notamment de par les offres de renouvellements proposés par les opérateurs. Heureusement que certains opérateurs ont décidé de prendre les choses en main assez tôt afin de pouvoir minimiser les dégâts. Ayant lancé son service de collecte de téléphone usagé en 2005 grâce à l’aide d’un prestataire britannique, l’opérateur Bouygues Telecom collecte plus de 10 000 téléphones par mois, tandis qu’Orange affirme avoir collecté à lui seul 300 000 terminaux usagés en 2010.

Il n’est cependant pas très facile pour certaines personnes de se séparer de leur ancien portable, alors même qu’ils ont opté pour un nouveau modèle. Beaucoup d’utilisateurs souhaitent garder les SMS que le mobile contient, tandis que d’autres ne veulent tout simplement pas s’en séparer, car ils ne savent pas comment effacer son contenu et ont peur de voir leurs données personnelles fouillées.

 
 
RECHERCHER
PUBLICITÉ
Comparateurs
 
 
 
 
 
 
 
 
Retrouvez tous nos comparateurs complets...
Recherche sur 34 critères : prix, nouveauté, poids, taille, opérateur, marque, etc....