La 4G en France

 

Publié le 19/08/2013 par la rédaction

La 4G en France

Avec la croissance qu’a connue et que continue à connaître le marché des smartphones, les principaux acteurs de ce secteur ont été poussés inévitablement vers une surenchère technologique.

Bien que performante à son lancement, à l’image de toutes les technologies à leur sortie d’ailleurs, la norme de communication de troisième génération, plus communément connue comme la 3G, a été largement dépassée. Poussée dans ses derniers retranchements avec notamment l’introduction de la HSPA+, la 3G ne semble plus être en mesure de satisfaire les besoins des consommateurs, qui sont de plus en plus nombreux à faire comprendre leur envie de passer à autre chose. Ayant donc atteint ses limites, la 3G laisse donc sa place à la norme de quatrième génération (4G LTE), la norme qui semble faire l’unanimité chez les constructeurs et les opérateurs mobiles.

Pour expliquer l’ampleur de ce phénomène, plusieurs raisons peuvent être évoquées. On ne passera donc pas à côté du fait que les bandes de fréquence allouées à la 3G voient de plus en plus d’utilisateurs les utiliser simultanément, ce qui résulte dans une saturation du réseau, surtout en zone urbaine. Néanmoins, il faut souligner que le déploiement de la norme 4G en France tout comme ailleurs de par le monde nécessite un travail acharné, que ce soit du côté des opérateurs, qui doivent mettre à jour leurs infrastructures, ou encore de celle des constructeurs, qui doivent concevoir des appareils compatibles avec cette technologie.

La 4G en France

Malgré cela, la 4G demeure la clef vers la télécommunication rapide, notamment puisqu’elle permet de faire véhiculer des données sur de nouvelles bandes de fréquences, des bandes qui sont beaucoup plus larges et dont la modulation est encore mieux optimisée. À noter qu’en France, ainsi que dans certains autres pays, l’apogée de cette norme s’avère être la LTE de catégorie 5, qui prévoit un débit descendant maximum théorique de 300 Mb/s contre 42 Mb/s pour le HSPA+, soit sept fois plus important.

Néanmoins, il faut souligner que les enjeux et les bénéfices de la 4G en France dépassent largement la simple augmentation de la bande passante et du débit.

La 4G : avant tout un défi technologique

La norme 4G demeure d’abord et avant tout un défi technologique que doivent relever à la fois les constructeurs et les opérateurs de télécommunication. Pour se rendre compte de l’ampleur de ce défi, il suffit de constater le fait que les ambitions émises dans un premier temps par les opérateurs et les constructeurs ont dû être revues à la baisse par rapport à ce qui était prévu et cela, afin d’être plus proche avec des objectifs pouvant être atteints. Il faut avouer que la norme 4G a été en gestation du côté des constructeurs de terminaux mobiles, mais aussi des opérateurs mobiles et des équipementiers télécom depuis plusieurs années déjà. À titre d’exemple, notons que les Scandinaves ont été les premiers à la mettre en œuvre en 2009, notamment grâce à l’opérateur suédois TeliaSonera. De ce fait, cette date est à être marquée d’une pierre blanche tout comme le fut celle de la première communication GSM.

Depuis ce temps, les constructeurs et les opérateurs ont pas mal planché sur des solutions afin de pouvoir tirer profit de cette nouvelle norme de télécommunication. N’oublions surtout pas de préciser que ce fut le constructeur sud-coréen Samsung Electronics qui a été le tout premier à dégainer un téléphone mobile compatible avec 4G (LTE), nommément le SCH-R900, durant le second semestre de 2009.

 
 
RECHERCHER
PUBLICITÉ
Comparateurs
 
 
 
 
 
 
 
 
Retrouvez tous nos comparateurs complets...
Recherche sur 34 critères : prix, nouveauté, poids, taille, opérateur, marque, etc....