Mobiles et Ecologie sont-ils bons amis ?

 

Publié le 01/05/2007 par Florian BETRENCOURT

Mobiles et Ecologie sont ils bons amis

Après le succès du documentaire de l’ancien vice-président des Etats-Unis Al Gore, « Une vérité qui dérange », et de l’émergence médiatique et politique du pacte écologique de notre Nicolas Hulot national, nul doute que les questions écologiques et environnementales en ce début de siècle intéressent et préoccupent les citoyens que nous sommes. Avec plus de 2,2 milliards d’utilisateurs de mobiles dans le monde, nos terminaux sont devenus également des objets à consommation électrique intimement liés à notre quotidien et donc porteurs d’une dimension écologique à ne pas négliger.

Ce simple constat impose effectivement de prendre en compte le problème du risque écologique sous-jacent qu’implique, par nature, la téléphonie mobile. Il s’agit en effet d’objets qui nécessitent une consommation électrique continue pour remplir leurs fonctions. La convergence et l’arrivée des nouveaux services multimédia imposent également une consommation plus forte et un besoin électrique croissant qui n’est plus à démontrer. Enfin, les téléphones mobiles sont, suite aux progrès technologiques et aux innovations du secteur, des objets rapidement devenus obsolètes pour les consommateurs.

Ces quelques rappels contribuent à la formation d’une problématique écologique à part entière. Quels sont les petits trucs et astuces qui vous permettront de participer, un tant soit peu, au bon agir environnemental ? Quels sont les constructeurs considérés les plus propres du marché ? En quoi les technologies nouvelles permettront-elles également d’envisager un avenir réconfortant pour les mobinautes responsables ? Les mobiles ne doivent pas négliger le monde des consommateurs de demain…

Les opérateurs et constructeurs de mobiles sont-ils propres ?

Mobiles et Ecologie sont ils bons amis En matière de téléphonie mobile, la dimension écologique et environnementale n’apparaît pas forcément luisante et positive. Tout d’abord, parce que le mobile constitue un objet de consommation qui est le fruit d’une industrialisation. La connotation industrielle est réelle et semble contribuer à forger une relation entre téléphones mobiles et pollution qui parait relativement compréhensible. Autre aspect, la présence des antennes relais de téléphonie mobile, qui ont pu être contestées, certes sur la dimension sanitaire mais également sur l’aspect écologique et environnemental. Ici aussi la téléphonie mobile ne bénéficie pas d’un passif à son avantage.

Sachez dans tous les cas que les opérateurs se sont engagés sur la voie de la préservation de l’environnement en vue de prendre en compte le caractère inesthétique des antennes relais pouvant être revendiqué. Chaque année, par exemple, SFR organise les « Trophées de l’intégration paysagère », un concours interne qui permet de récompenser les nouveaux sites ayant réussi à intégrer au mieux les antennes relais au sein des paysages urbains et ruraux. Mobiles et Ecologie sont ils bons amis De son côté, Bouygues Telecom a inscrit un certain nombre d’engagements au bénéfice du développement durable. Le groupe a notamment organisé un concours en collaboration avec l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Clermont-Ferrand en vue de mobiliser des étudiants autour d’un projet de design et d’intégration paysagère d’antennes-relais. Il ne s’agit là toutefois que d’actions symboliques qui ne peuvent faire oublier la présence potentielle de risques environnementaux liés aux ondes électromagnétiques nécessaires à l’usage de nos terminaux.

Dernière crainte en date à ce propos : l’influence de ces ondes sur le comportement de certains animaux. Certains scientifiques allemands ont effectivement émis l’hypothèse d’une influence des radiations électromagnétiques sur la désagrégation subite des colonies d’abeilles, ces dernières étant pourtant indispensables à la pollinisation des espèces végétales.

Les constructeurs de mobiles quant à eux peuvent-ils être considérés comme des acteurs écologiques ? Mobiles et Ecologie sont ils bons amis Et bien d’après le « Guide pour une high-tech responsable » de l’ONG Greenpeace, les constructeurs n’ont pas a priori une fibre très écolo. Rassemblés avec les fabricants d’ordinateurs portables, seuls 9 constructeurs sur 14 cités obtiennent la moyenne, un classement établi en fonction de leur politique en matière d’élimination de l’emploi de substances toxiques dangereuses (PVC et autres) et de recyclage des déchets électroniques. Toutefois, Greenpeace reconnaît à ces constructeurs le fait de faire des efforts. Concernant la téléphonie mobile, Nokia se place second du dernier classement, mais la mention spéciale revient à Sony Ericsson, première entreprise à s’engager dès 2008 à éliminer certaines substances toxiques telles que les phtalates, le berylllium et certains usages de composés d’antimoine au sein de ses appareils. Notons qu’Apple, qui sortira prochainement son iPhone, se place bon dernier de ce classement.

 
 
RECHERCHER
PUBLICITÉ
Comparateurs
 
 
 
 
 
 
 
 
Retrouvez tous nos comparateurs complets...
Recherche sur 34 critères : prix, nouveauté, poids, taille, opérateur, marque, etc....